lundi 29 juillet 2013

Le PSG attend une concession longue durée au Parc des princes... et ne veut plus de concert

Après avoir accueilli 1.200.000 spectateurs la saison dernière sur l’ensemble des matches disputés au Parc des Princes – un record dans l’histoire du club –, le PSG a stoppé sa campagne d’abonnements au chiffre également inédit de 31.000 encartés. Depuis la fin de la saison dernière, le stade a entamé sa rénovation en vue de l’Euro 2016. Sur l’ensemble des trois prochaines années, le PSG investira au total 75 millions d’euros dans ces travaux. En contrepartie, le club attend de la ville de Paris, propriétaire du Parc, une concession d’exploitation sur le long terme. Mercredi dernier, Jean-Claude Blanc, directeur général du PSG, était encore en discussion avec les services de Bertrand Delanoë pour faire avancer ce dossier, impulsé à l’époque de Colony Capital ( 2006- 2011), désormais hors jeu. Jusqu’à présent, le maire de Paris, qui ne se représentera pas aux élections municipales de 2014, s’est toujours opposé à l’idée lancée par le président Nasser al-Khelaïfi, il y a un an et demi, de reconstruire le Parc afin d’ériger une nouvelle enceinte de 60.000 places. D’ici à 2016, la capacité du Parc atteindra au maximum 47.000 places, soit 2.000 de plus qu’aujourd’hui. Ensuite, le PSG espère toujours la porter à 60.000. L’an dernier, le club regardait encore dans d’autres directions, notamment vers le futur stade d’Evry Centre Essonne (82.000 places), attendu par la FF rugby en 2017. Désormais, "aucune ambiguïté, affirme Jean-Claude Blanc, le choix a été fait clairement de rester au Parc sur le long terme". Autre choix clair : consacrer le stade uniquement au football et ne plus accueillir d’éventuels concerts.

(Source : L'Equipe

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Journaliste spécialisé dans l'actualité sportive, j'ai collaboré, entre autres, à So Foot, Libération, Radio France Internationale. Aujourd'hui, je suis particulièrement les politiques sportives au plan national et dans les collectivités locales pour Localtis.