vendredi 24 février 2017

Wladimir Andreff, président du conseil scientifique de l'Observatoire de l'économie du sport, contre les JO à Paris ?

Après Rome, Boston et Hambourg, Budapest vient à son tour de renoncer à l'organisation des Jeux olympiques 2024, faute de soutien populaire. Jugeant le projet trop onéreux, le mouvement politique Momentum avait lancé en janvier une pétition auprès des habitants de la capitale hongroise pour demander l'organisation d'un référendum anti-JO. Elle a récolté près de 266.000 signatures d'après ses organisateurs, soit presque le double du total nécessaire pour organiser une consultation populaire. Devant ce manque de soutien, Budapest a donc préféré faire marche arrière.

JO 2024 : état des lieux sur le duel Paris-Los Angeles

Budapest ayant jeté l’éponge, Paris et Los Angeles restent seules en lice pour l’organisation des Jeux Olympiques d’été en 2024. Passage en revue des atouts de chacune des candidatures.

Candidature de Paris aux JO de 2024 : « Il faut un référendum »

Paris n’a plus qu’un concurrent dans la course à l’organisation des Jeux olympiques (JO) 2024. A la suite du retrait annoncé de Budapest, mercredi 22 février, la capitale ne se mesurera qu’à Los Angeles le 13 septembre à Lima lors du vote. Ce désistement hongrois arrive après toute une liste de précédents, comme Rome, Hambourg ou Boston. Danielle Simonnet (Parti de gauche), conseillère de Paris du 20e arrondissement, regrette « l’absence de débat démocratique en France » sur la candidature parisienne et rappelle son engagement en faveur d’un référendum.

jeudi 23 février 2017

La Chine et la France approfondissent leur partenariat en matière de sport

Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, a effectué un séjour en Chine du mardi 14 au vendredi 17 février, pour intensifier la coopération franco-chinoise dans le domaine du sport et des entreprises françaises sur les marchés liés aux grands événements sportifs et en réponse aux objectifs que sont assignés les autorités chinoises en termes de développement de la pratique sportive sous toutes ses formes (sport pour tous, sport de haut niveau et sport professionnel).

Face aux autres fédérations et au gouvernement, le MMA lutte encore pour exister en France

Le MMA (Mixed martial arts), interdit en France, est confronté à des adversaires redoutables: les autres fédérations, jalouses de son succès, et surtout le ministère des Sports, qui s'oppose toujours à la tenue de compétitions dans le pays.

mercredi 22 février 2017

Le VAFC recalé, Vert Marine et Vega en course pour la gestion du Stade du Hainau

mardi 21 février 2017

Les Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver de Lillehammer 2016 dégagent un bénéfice

Il y a un an jour pour jour, le 21 février 2016, la flamme des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) d’hiver de Lillehammer 2016 s’éteignait après dix jours de compétition. La ville, la nation et les participants continuent toutefois de récolter les bienfaits de ces JOJ d'’hiver.

Les départements maintiennent la dynamique en faveur du développement des sports de nature

On estime aujourd’hui à près de 35 millions le nombre de pratiquants de sports de nature. Parmi les activités sportives préférées des Français, on retrouve en première position la randonnée pédestre pratiquée par près de 15 millions de Français.

La Fédération française de cyclotourisme signe un partenariat avec le ministère de l'Education Nationale

Martine Cano, présidente de la FFCT, a signé le 1er février une convention nationale en faveur de la pratique du cyclotourisme au sein de l’école avec la Ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, aux côtés de 7 autres fédérations sportives.

lundi 20 février 2017

Le CDOS du Gers à l’initiative d’un diagnostic partagé des équipements sportifs du département

Le Comité Départemental Olympique et Sportif du Gers, présidé par M. Daniel ROLAND vient de publier un diagnostic sur le parc d’équipements sportifs.

Bloqué sur l'anglais, le CIO ? Pas vraiment...

Alors que la controverse sur la formule un peu trop anglophone choisie par le comité de candidature Paris 2024 ("Made for sharing") fait rage en France, le CIO vient rappeler par la voix de son président Thomas Bach, que, non, l'anglais n'est pas la seule langue à avoir droit de cité dans le petit monde olympique.

Réforme des rythmes scolaires : les collectivités misent sur le sport

Comme la culture, les activités physiques et sportives apparaissent bien représentées dans le cadre des nouvelles activités péri-éducatives (NAP). L’impulsion est surtout donnée par les collectivités territoriales plutôt que par le mouvement sportif, qui peine encore à créer des passerelles avec l’école. La gratuité, afin d’assurer la fréquentation, et un schéma d’organisation sur une séance bihebdomadaire d’1h30 sont des gages de réussite.

dimanche 19 février 2017

Un nouveau mode de gouvernance à la Fédération française de tennis

La FFT a adopté un nouveau mode de gouvernance. Elle est désormais administrée par un Comité exécutif de 18 membres (ces sièges ont été attribués aux 18 premiers noms de la liste "France Tennis") qui exercera ses prérogatives sous la surveillance, l'évaluation et le contrôle du Conseil supérieur du tennis (32 membres).

Bernard Giudicelli élu président de la Fédération française de tennis

Bernard Giudicelli est le nouveau président de la Fédération française de tennis (FFT). Avec 897 voix, soit 51,9% des suffrages, il a été élu devant son principal adversaire Jean-Pierre Dartevelle (831, soit 48,1%), vice-président chargé de la compétition, et succède à Jean Gachassin, qui ne s'est pas représenté.

vendredi 17 février 2017

Un centre de formation des apprentis du sport dans les Vosges

C’est bien Épinal qui accueillera à la rentrée prochaine le nouveau Centre de formation des apprentis (CFA) de la Région Grand Est. Une création qui n’était pas gagnée d’avance mais que les élus spinaliens et Stéphane Viry, le président de l’Ambition spinalienne omnisports (ASO), ont su décrocher à force de persuasion.

Onet-le-Château récompensée pour ses activités sportives

Onet-le-Château vient de recevoir le label national "Ville Active & Sportive" de niveau 2. La commune est la seule dans le département à obtenir cette précieuse récompense.

Annecy, la Silicon Valley du sport, en quête des pépites de l'« outdoor »

Plus de 300 entreprises ont construit un pôle dédié aux sports de plein air autour d'Annecy. Elles lancent un appel à projets pour intégrer leur incubateur.

jeudi 16 février 2017

La loi sur le sport professionnel définitivement adoptée, la place des collectivités reste en débat

Le Sénat a définitivement adopté en deuxième lecture, le 15 février, la proposition de loi visant à préserver l'éthique du sport, à renforcer la régulation et la transparence du sport professionnel et à améliorer la compétitivité des clubs. Adopté le 12 janvier dernier à l'Assemblée nationale, le texte revenait devant la Haute Assemblée après que les députés avaient notamment supprimé un amendement sénatorial limitant à 50% la participation des collectivités territoriales dans le financement des infrastructures sportives destinées aux clubs professionnels.
La majorité des groupes souhaitant un vote conforme de façon à valider le texte avant la suspension des travaux fin février, la suppression votée à l'Assemblée nationale n'a pas été remise en cause. Toutefois, selon Dominique Bailly, rapporteur du texte, cette suppression "constitue le point de désaccord le plus important entre les deux assemblées". Auteur de la proposition de loi, Dominique Bailly a précisé lors du second examen en séance publique que "ce désaccord n'oppose pas majorité et opposition, mais transcende les clivages pour distinguer ceux qui considèrent que les collectivités territoriales, au nom du principe de libre administration, doivent pouvoir financer les infrastructures des clubs qui en restent propriétaires et ceux qui estiment que cette pratique crée un conflit d'intérêts qui n'est pas favorable à l'émancipation du sport professionnel".
Auteur de l'amendement supprimé par les députés, Michel Savin a pour sa part souligné que le débat sur l'encadrement de la participation des collectivités au financement des infrastructures utilisées par les clubs professionnels était désormais "ouvert". "Les collectivités n'ont plus les moyens d'investir seules dans les stades", a-t-il argué, avant de conclure : "Cette mesure devra être remise sur la table dans un avenir proche."

(Localtis)

Florence fait vivre la tradition du calcio storico


La soule revit en Occitanie


Congrès FEDAIRSPORT le 7 mars 2017 à Sèvres

Le 8ème congrès annuel de FEDAIRSPORT se tiendra le 7 mars 2017 au Parc Nautique de l’Ile de Monsieur à Sèvres sur le thème de l’excellence au cœur de la filière avec FEDAIRSPORT.
Journaliste spécialisé dans l'actualité sportive, j'ai collaboré, entre autres, à So Foot, Libération, Radio France Internationale. Aujourd'hui, je suis particulièrement les politiques sportives au plan national et dans les collectivités locales pour Localtis.