mardi 27 octobre 2015

La mairie de Paris fait retirer une pub jugée sexiste du nouvel AccorHotels Arena

A peine inauguré, le nouvel AccorHotels Arena (ex-Paris-Bercy) dont le nom avait déjà suscité la moquerie, se trouve pointé du doigt à cause d'une publicité jugée sexiste, que la mairie de Paris a fait retirer vendredi.

"C'est un choix malheureux et extrêmement regrettable qui montre un manque de perception de la façon dont le rapport hommes-femmes a changé", a indiqué à l'AFP Jean-François Martins, adjoint de la mairie de Paris en charge des sports.
"Nous avons demandé à la SAE (société qui exploite la salle pour la municipalité) de retirer la campagne" du métro, a-t-il ajouté.
"AccorHotels Arena regrette que sa campagne de communication ait suscité des réactions négatives et fait donc retirer le visuel en question", a réagi la structure sur Twitter.
De son côté, le groupe AccorHotels a affirmé à l'AFP avoir "demandé dès hier (jeudi, ndlr) à l'AccorHotels Arena le retrait des visuels de sa campagne de publicité".
"Le groupe regrette que cette campagne ait pu choquer et tient à présenter ses excuses auprès de celles et ceux qui se sont émus de cette publicité maladroite", poursuit le leader européen de l'hôtellerie, précisant que "cette campagne ne reflète ni les valeurs ni les engagements du groupe pour promouvoir la diversité et donner aux femmes toute leur place dans l'entreprise comme dans la société".
La publicité qui vante les mérites de la salle de concerts et de sports ex-Palais Omnisports de Paris-Bercy montre une joueuse de tennis à genoux, face contre terre, pleurant une victoire ou une défaite et surmontée en grosses lettres d'un: "Le seul lieu où les femmes sont à vos pieds".
La campagne visait à faire la promotion du lieu, inauguré le 14 octobre par le maire de Paris, Anne Hidalgo.
"Après le naming, le sexisme", s'est insurgé le groupe PCF-Front de Gauche de la mairie en dénonçant une publicité "dégradante pour l'image de la femme et qui alimente le harcèlement sexiste".
Le groupe s'était déjà prononcé contre la nouvelle dénomination du lieu, "symptomatique de la marchandisation du patrimoine sportif et culturel".
Pour les écologistes du Conseil de Paris, "en 4 mètres par 3 s'étale un concentré de misogynie et de sexisme d'un autre âge".
Selon sa coprésidente Anne Souyris, "renvoyer les femmes à une condition inférieure et à un simple spectacle alors que Bercy est un espace de compétition sportive pour les hommes comme pour les femmes, c'est simplement consternant".
Le groupe avait lui aussi combattu l'accord de partenariat et le +naming+ de la salle, en échange d'argent, avec les hôtels Accor.

(AFP)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Journaliste spécialisé dans l'actualité sportive, j'ai collaboré, entre autres, à So Foot, Libération, Radio France Internationale. Aujourd'hui, je suis particulièrement les politiques sportives au plan national et dans les collectivités locales pour Localtis.