mercredi 5 juillet 2017

JO 2024 : le CIO juge Paris "historique" et Los Angeles "avant-gardiste"

Le Comité international olympique (CIO) a publié mercredi 5 juillet le rapport de sa commission d’évaluation sur les villes candidates à l’organisation des Jeux olympiques de 2024, Paris et Los Angeles.
Selon Patrick Baumann, président de cette commission, ses membres décrivent le projet de Los Angeles par les mots "avant-gardiste", "innovant", "dynamique" et "attrayant". Quant au dossier parisien, il a été perçu par la commission comme "historique", "culturel", "emblématique" et mettant en avant des "décors incroyables". "Les deux projets diffèrent de par leur nature mais chaque ville présente une proposition parfaitement authentique qui reflète le meilleur de ce que chacune a à offrir", a ajouté Patrick Baumann.
La commission a par ailleurs noté qu'"en droite ligne avec l’Agenda olympique 2020, Los Angeles et Paris envisagent toutes deux d’utiliser un nombre record de sites existants et temporaires, un cas de figure qui constitue une première dans l’histoire olympique". "Cette proposition de part et d’autre conduira à d’importantes réductions des coûts d’organisation, rendant les Jeux olympiques plus durables", s'est-elle encore félicitée.
Sur la candidature parisienne, la commission du CIO a bien noté l'enjeu territorial mis en avant par le dossier : "Le concept des Jeux s’inscrit dans la vision à long terme de la ville/région et contribuerait à accélérer la revitalisation de la Seine et la régénération à Saint-Denis et dans ses environs (zone Grand Paris)."

Paris a encore des défis à relever

En ce qui concerne les sites de compétition de la candidature parisienne, la commission note "le large recours à des sites existants et temporaires de classe mondiale [qui] limiterait la complexité et le coût de la livraison des sites". Toutefois, selon la commission, Paris aurait plusieurs défis à relever. Du point de vue de l'ambiance attendue lors de Jeux, le rapport estime que "créer une ambiance olympique particulière dans la zone Grand Paris serait plus difficile car les sites sont plus dispersés, sans lieu de célébration central." Côte budgétaire - un investissement total de 3,2 milliards de dollars est prévu pour les sites, dont la moitié serait affectée au village olympique -, elle indique que "toutes les garanties de financement font référence à des montants spécifiques". Or, selon elle, "un processus de renégociation serait nécessaire pour déterminer qui couvrirait les dépassements de coûts excédant la somme budgétisée pour les imprévus". Par ailleurs, la commission met en avant le fait que l'acquisition de terrains provenant de propriétaires privés est incomplète (30% des terrains doivent encore être acquis), tout en notant que "les autorités publiques sont autorisées à les acquérir selon une procédure accélérée (projet d’intérêt public)".
Ce rapport met fin au travail de la commission d'évaluation 2024, qui s'était rendue dans les deux villes candidates en mai dernier. Il servira de document de référence aux membres du CIO en vue de la séance d'information sur les villes candidates 2024 prévue à Lausanne les 11 et 12 juillet prochains et du vote final qui aura lieu le 13 septembre à Lima (Pérou).
Il est enfin à préciser que suite à une décision de principe prise le 9 juin par la commission exécutive du CIO, la proposition visant à attribuer les Jeux olympiques de 2024 et 2028 en même temps sera examinée lors de la session extraordinaire à Lausanne les 11 et 12 juillet.


éditions Chistera

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Journaliste spécialisé dans l'actualité sportive, j'ai collaboré, entre autres, à So Foot, Libération, Radio France Internationale. Aujourd'hui, je suis particulièrement les politiques sportives au plan national et dans les collectivités locales pour Localtis.