jeudi 6 juillet 2017

Délégations de service public dans les équipements sportifs : Vert Marine condamnée pour favoritisme

Hier mercredi après-midi, Thierry Chaix et Jean-Pascal Gleizes, les dirigeants de Vert Marine, et Mickaël Pasek, gérant de l’entreprise Aemco, spécialisée dans le conseil et l’assistance aux collectivités dans l’exploitation et la gestion d’équipements « sport et loisirs », ont été reconnus coupables de « recel de favoritisme » et de « favoritisme » par le tribunal correctionnel de Rouen. Les juges considèrent, à l’issue de quatre jours de procès et trois semaines de réflexion, que Vert Marine a faussé le jeu de la concurrence pour obtenir des délégations de services publics (DSP).

Les investigations menées par le Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen ont établi que Mickaël Pasek - ancien salarié de Vert Marine - aurait fourni illégalement des informations privilégiées à Thierry Chaix et Jean-Pascal Gleyzes pour leur permettre d’affiner leur offre, afin d’obtenir, ou tenter d’obtenir, une demi-douzaine de DSP entre début 2010 et fin 2012 : Eurocéane à Mont-Saint-Aignan, In’Form près de Dieppe, la DSP Côte d’Albâtre, mais aussi pour un centre à Saclay dans l’Essonne, un autre à Limoges en Haute-Vienne et, enfin, un établissement à Conflans-Saint-Honorine dans les Yvelines.
« Ces hommes ont agi contre les intérêts de la société française, ils ont agi au profit de leurs seuls intérêts. Sur un terrain, il y a ceux qui respectent les règles et il y a ceux qui trichent, ceux qui se dopent... », avait déclaré lors du procès Corinne Gérard, procureure de la République, faisant ainsi écho au passé d’anciens sportifs des trois prévenus. Une version totalement contestée par la défense lors des débats. Les dirigeants de Vert Marine et d’Ameco avaient affirmé qu’il n’y a « jamais eu de favoritisme », que les dés n’ont pas été pipés. À la tête de 90 établissements de loisirs - essentiellement des piscines - dans toute la France et de quelque 1 700 salariés, les deux anciens joueurs de hockey sur glace Thierry Chaix et Jean-Pascal Gleises ne doivent leur réussite, selon Me Frédéric Dereux, qu’« au travail, au goût de l’excellence et à la loyauté. Le groupe Vert Marine s’est construit au fil des années sur ces bases-là. » Et l’avocat d’ajouter : « Le gang des hockeyeurs n’existe pas. »
Hier après-midi, quelques instants après le prononcé du jugement, les conseils de Vert Marine ont interjeté appel [...].

Paris-Normandie


éditions Chistera

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Journaliste spécialisé dans l'actualité sportive, j'ai collaboré, entre autres, à So Foot, Libération, Radio France Internationale. Aujourd'hui, je suis particulièrement les politiques sportives au plan national et dans les collectivités locales pour Localtis.